Le langage de l'esprit et le langage du corps - Apport de la microkinésithérapie en orthophonie

"Le langage de l'esprit et le langage du corps - Apport de la microkinésithérapie en orthophonie" de Marie-Noëlle SCHOUVERT par Christian Devallière

Orthophoniste, elle travaille en libéral et au CDE de Metz. Elle voit donc tous les enfants du département en urgence. « L’orthophoniste s’occupe des mots tandis que le microkinésithérapeute s’occupe des maux. Mais les mots du microkiné permettent à l’orthophoniste de travailler les maux ».

L’orthophoniste s’occupe des –dys- : dyslexie, dysorthographie, dysgraphie, dyscalculie, dysphagie. Les enfants qu’elle voit au CDE sont intelligents, voire même un peu plus que la moyenne, sans atteintes neurologiques. Sur le plan comportemental, ces enfants sont refermés, timides, intériorisés ou au contraire très excités avec de la peine à rester en place.

Sur plusieurs exemples, avec différentes pathologies, Marie Noëlle Schouver nous explique les effets qu’elle a pu observer suite à un traitement de microkinésithérapie : L’enfant est moins tendu, plus concentré, il sourit ; il y a de nouveau une synchronicité au niveau respiratoire, ce qui diminue le bégaiement ; la petite fille est devenue réfléchie, concentrée, plus rapide, plus souriante ; l’enfant ne hurle plus ; elle prend des initiatives.

Sur les pathologies neurologiques de type dégénératives, elle n’a jamais conseillé de séances de microkiné car quand elle voit ses patients, ils ont déjà des problèmes de compréhension. Par contre elle envoie souvent la famille, les conjoints chez les microkinés car les "aidants" de ces patients sont souvent épuisés.

La microkinésithérapie est pour elle une aide précieuse. Il est important que l’on verbalise les troubles (sauf si le patient n’a pas envie). La collaboration entre microkinésithérapie et orthophonie va évoluer à l’avenir.